Rencontre Ferme GARRO / ZONE GRACO

Présent·e·s : Argitxu (directrice Garro), Elena (maraîchère coopératrice salariée), Pascale, Marie-Anne, Anne, Vincent, Anthony

Petite présentation :

Garro est une SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif) créée à l’initiative des élus qui réunit  85 coopérateurs : la Communauté de Communes du Pays de Hasparren, la commune de Mendionde, des organismes de développement agricole (BLE, Laborantxa Ganbara), les maraîcher·e·s bio salarié·e·s, des associations (InterAMAP Pays Basque,…), des entreprises  et des bénévoles ; le projet est de fournir les cantines en légumes bio.

Cette forme coopérative permet aux trois maraîcher·e·s coopérateurs (Argitxu, Elena et Mattin) et à leur apprentie (Amaia) de travailler dans de bonnes conditions (40h à 45h/sem annualisés avec week-end et congés payés), avec un salaire digne ; ce qui n’est pas si fréquent dans le milieu agricole. Autre originalité, c’est la seule ferme maraîchère du coin à être (plus que) paritaire.

L’équipe est polyvalente mais chacun.e à sa spécialité : Elena dans le semis et les graines, Mattin dans les machines et le travail du sol, Argitxu dans le suivi et la planification.

Les productions sont certifiées bio et la ferme est identifiée EHKO . Cet identifiant local, plus exigeant que le label bio européen, implique notamment de favoriser des fournisseurs locaux et une taille humaine de l’exploitation.

Le juste prix :

Les semences et plants bio sont pris chez Hazitik Lilia. Selon l’espèce, la qualité et le rendement, ils peuvent prendre des variétés hybrides ou pas. A qualité et rendement équivalents, ils favorisent la variété population, sinon l’hybride est préféré.

Par exemple, la paola, un ancien hybride de tomate, est vendue à 2.50€/kg alors que la cornue de Andes, une variété ancienne, plus sensible aux maladies et avec un rendement moindre, est à 3.50€/kg. Le choix d’hybrides est parfois nécessaire pour rendre la bio accessible à tout·e·s.

Plutôt que de se caler sur les mercuriales, Garro estime pour chaque légume un prix rémunérateur qui reste fixe toute l’année. Ainsi selon les fluctuations du marché, le prix de la salade peut-être par exemple plus élevé en été et moins élevé en hiver par rapport aux cours.

Les carottes vracs sont compliquées à produire ici et tout est fait à la main donc deux fois plus cher qu’en plateforme.

Facebooktwittergoogle_plusmail